Du cœur à l’ouvrage: la revanche des Cendrillons.

Du cœur à l’ouvrage: la revanche des Cendrillons.

L’association Led by HER a pour vocation d’aider des femmes en difficulté à se reconstruire. Son ambition ? Les soutenir dans la création d’un projet professionnel et personnel grâce auquel elles reprennent pleinement leur vie en main. Dominique Barreau, mentor et bénévole de l’association, est aussi l’autrice de cet ouvrage qui donne la parole aux femmes de Led by HER.

Du Coeur à l’ouvrage

Il manquait un livre qui donne la parole à ces femmes qui ont eu le courage et l’audace de rebondir et d’écrire leur propre histoire. Dans Du Coeur à l’ouvrage les profils croisés au fil des pages sont très variés : une comédienne, une mécanicienne, une ex-employée de la Fnac ou une ancienne égérie d’Yves Saint-Laurent. Toutes ont connu des épreuves personnelles ou professionnelles. Ces témoignages, d’une grande richesse humaine, prouvent que rien n’est jamais perdu dès lors qu’on est décidé à diriger son propre destin.

Les Cendrillon modernes

Le livre met en lumière quelques-unes de ces Cendrillon modernes ainsi que celles et ceux qui les accompagnent au sein de l’association Led By HER. Led by HER, c’est aussi une communauté fondée sur les valeurs de partage et de solidarité qui favorise la mixité, combat les discriminations et dénonce les violences faites aux femmes. Ces témoignages montrent que l’authenticité et la solidarité mises au service de l’innovation peuvent déboucher sur des réalisations concrètes et porteuses d’avenir.

Allianz France : quand les entreprise s’engagent.

Allianz France : quand les entreprise s’engagent.

Depuis 2018, Allianz France s’est engagée aux côtés de Led By Her. Ainsi, vingt collaborateurs et collaboratrices d’Allianz ont participé au Hackathon 2018, et ce partenariat est renouvelé cette année. Olivier Renard, directeur de projet RSE et responsable du programme Mécénat de compétences chez Allianz nous a expliqué cet engagement.

Une première expérience du Hackathon 2018 réussite
Allianz est fortement sollicitée par le monde associatif, mais ce qui a plu dans le projet de Led By Her c’est son ancrage dans le réel, le contact direct que l’association permet entre l’entreprise partenaire et les bénéficiaires. Lorsque les collaboratrices et collaborateurs d’Allianz s’engagent dans le Hackathon Led By Her, ils et elles aident directement les femmes porteuses de projet. Et pour la vingtaine de participant‧e‧s d’Allianz au Hackathon 2018, l’avis est unanime : « à la question du Net Promoter Score : sur une échelle de 0 à 10 dans quelle mesure recommanderiez-vous à Allianz de reconduire ce type d’évènement solidaire, la note moyenne est de dix sur dix » nous dit Olivier Renard. Le Hackathon a généralement été vécu comme deux journées intenses, mais où prime le sentiment d’être utile. Le renouvellement du partenariat entre Allianz et Led By Her pour le Hackathon 2019 était donc une évidence.

Une entreprise engagée
L’engagement d’Allianz France ne se limite pas au Hackathon. Les causes soutenues sont diverses, et ces dernières années l’accent a été mis sur l’insertion professionnelle, la lutte contre les discriminations et l’égalité femmes-hommes. Et si les collaborateurs et collaboratrices peuvent s’engager via la « Plateforme de l’engagement » au Hackathon, ou encore à la Nuit des Relais de la Fondation des femmes, l’implication de l’entreprise pour l’égalité se concrétise aussi en interne. En effet, six engagements en faveur de l’égalité femmes-hommes ont été pris au sein d’Allianz avec des objectifs précis pour 2020, et un bilan est dressé annuellement pour évaluer les avancées. Le premier engagement concerne l’égalité salariale, un autre l’accès égal aux programmes de leadership, de mentoring, et d’intrapreneuriat, avec un objectif de 45% de femmes manageuses d’ici 2020 (sachant qu’elles sont 42,5% actuellement). L’équilibre vie professionnelle–vie personnelle est également pris en compte avec le développement des possibilités de télétravail, ou l’aide à la recherche de places en crèches. « Depuis quelques années, une politique volontariste a été instaurée, sans attendre les projets de lois ou les contraintes réglementaires », affirme Olivier Renard.

Le Hackathon Led by HER : Une aventure humaine et professionnelle
Le Hackathon s’inscrit ainsi dans la continuité des engagements d’Allianz. Et les témoignages des participant‧e‧s du Hackathon 2018 soulignent la richesse de cette expérience aussi bien d’un point de vue professionnel que social. Pour celles et ceux qui participent c’est une opportunité pour découvrir le monde de l’entrepreneuriat, connaître ses collègues dans un contexte différent, et pour mettre ses compétences au service d’un projet. Cela va de pair avec le sentiment de donner un sens à son action, et également avec l’expérience de la force du collectif : « toutes ces énergies au service d’un projet (…) donnent un résultat magique » résume un témoignage. Pour certain‧e‧s le Hackathon a été « une véritable leçon de vie », ce qui laisse supposer que les collaborateurs et collaboratrices qui vont s’investir pour le Hackathon sont tou‧te‧s aussi motivé‧e‧s que les porteuses de projet pour cette nouvelle édition !

Propos recueillis par Ana-Clara Valla

L’entrepreneuriat : un contre-pouvoir face à des situations difficiles

L’entrepreneuriat : un contre-pouvoir face à des situations difficiles

Grégory Escure est le créateur ​de Basilic une agence de brand content, et le co-fondateur des festivals de musique MORE à Venise, Arles et Marrakech. Son dernier projet, Cookoon, est une start-up qui permet d’organiser des réceptions avec chef et service sur-mesure, comme des dîners d’exception, repas d’affaires, petits cocktails ou encore mini-séminaires, chez des particuliers disposant de très belles propriétés. Il sera membre du jury du Hackathon Led By Her, les 17 et 18 avril prochains.

Entrepreneur depuis le plus jeune âge
La première expérience entrepreneuriale de Grégory Escure remonte à l’année de son baccalauréat, et déjà enfant il avait cette envie d’entreprendre. Pendant sa formation en droit puis en école de commerce, il fonde Basilic, à l’époque Basic Films, sa première entreprise. Selon Grégory, l’entrepreneuriat s’apparente à une aventure « romanesque ». Il y a de nombreuses façons de la vivre, de la faire, et malgré les échecs et les difficultés que l’on rencontre sur ce chemin, cela reste une expérience humaine très forte, où l’on développe maîtrise de soi et gestion des facteurs exogènes et endogènes. Actuellement, Grégory dirige deux structures – Basilic et Cookoon -, un avantage à ses yeux car « c’est un moyen d’avoir systématiquement une liane à laquelle se raccrocher quand quelque chose ne va pas ». Il est ainsi tel un chef de projet, qui en plus de gérer différents projets, les crée et les façonne à sa manière pour permettre la meilleure organisation et efficacité possible.

De l’organisation et de la résilience
La clé pour diriger plusieurs projets, c’est l’organisation et la résilience affirme Grégory. Même si l’organisation ne fait pas tout, elle est centrale pour bien structurer ses objectifs. Quant à la résilience, elle est nécessaire car l’entrepreneuriat est fait « de hauts et de bas, d’espoirs et de déceptions, d’anticipation de résultats et d’anticipation de défaites ». Aux entrepreneurs et entrepreneuses, il conseille de se méfier de « la photographie à l’instant t », il faut rester focaliser sur l’objectif, même lorsque les choses sont compliquées – il peut encore y avoir des choses à faire, ou de bonnes surprises -, ou au contraire lorsque tout semble profiler un succès, car on ne sait jamais de quoi l’avenir est fait. En tant que Jury du Hackathon de Led By Her, il souhaite justement faire de ce moment-là non pas un couperet, mais un moyen d’évaluation, mettant ainsi au profit des porteuses de projet ses vingt années d’expériences entrepreneuriales.

L’entrepreneuriat comme levier pour se sortir de moments compliqués
Ce qui a motivé Grégory à accepter ce rôle de Jury, c’est qu’il est convaincu que la création d’entreprise peut être une « aventure formidable pour se hisser hors d’une situation compliquée ». « C’est une dynamique qui est tellement positive, qui nécessite un tel investissement, mais aussi un tel échange avec les gens qui t’entourent, que ça peut être un fort contre-pouvoir face à une situation néfaste très dure ». Lui qui considère de nombreuses femmes inspirantes, en commençant par son épouse et sa mère, il trouve la discrimination des femmes au travail illogique et incompréhensible puisque « la capacité d’entreprendre n’est ni féminine, ni masculine ». S’il existe une segmentation, c’est celle entre les personnes qui peuvent entreprendre et celles qui ne sont pas faites pour ça. Et les porteuses de projet de Led By Her font partie de la première catégorie, car lorsque l’on a vécu et dépassé des moments durs dans sa vie « cela crée un tempérament assez tranché pour devenir entrepreneur, pour être capable de résister au découragement ». Grégory est donc certain que les porteuses de projet peuvent devenir de « sacrées entrepreneuses », qu’il rencontrera bientôt lors du Hackathon 2019.

Propos recueillis par Ana-Clara Valla

De l’importance d’être accompagné‧e et de croire en soi.

De l’importance d’être accompagné‧e et de croire en soi.

Styliste, modéliste et entrepreneuse, Sabrina Gamba a gagné le concours Talents des Cités, dans la catégorie « émergence ». Bientôt elle ouvrira les portes de Fab’Art, un espace collaboratif et artistique au sein de Grigny (Essonne). Elle fera également partie du jury du Hackathon Led By Her qui aura lieu les 17 et 18 avril prochains. Entretien avec une entrepreneuse aux multiples ressources.

« Depuis que je suis petite, j’ai toujours voulu entreprendre »
Sabrina a toujours été portée par l’envie d’entreprendre. Originaire de Marseille, elle vient à Paris pour faire ses études. Alors qu’elle a intégré une licence de stylisme modélisme en troisième année, elle se fait renversée par une voiture. Malgré cet accident, Sabrina garde cette envie de créer sa propre structure, et fonde l’association Rev’Art a 22 ans, pour favoriser l’insertion sociale et professionnelle. « Pendant dix ans, j’ai essayé de créer mon entreprise mais j’ai fait toutes les erreurs qu’un entrepreneur peut faire » raconte-t-elle. À partir de ce constat, née l’idée de Fab’Art, un « outil pour surmonter tous les obstacles » et accompagner les personnes qui souhaitent entreprendre. Avec ce projet, Sabrina s’inscrit à l’édition 2017 du concours Talents des Cités, mais ne passe pas l’étape de sélection. Déterminée, elle acquiert de nouvelles compétences en gestion administrative pendant un an, et se réinscrit au concours en 2018, qu’elle remporte au niveau national.


Fab’Art : un espace d’empowerment

Le Fab’Art sera un espace collaboratif où chacun‧e pourra faire usage de l’espace de confection, de l’atelier photo et de l’espace de coworking pour développer ses savoir-faire artistiques, mais aussi travailler sur l’estime de soi et être accompagné‧e dans des projets entrepreneuriaux. Ce lieu est avant tout destiné aux habitants de Grigny et des villes aux alentours. En effet, Sabrina a, jusque-là, toujours travaillé avec des femmes. Les ateliers de confection et de couture qu’elle a organisés permettent aux femmes participantes d’avoir un espace de sociabilité, de renouer un lien social. Mais la couture n’est pas une simple distraction, et Sabrina insiste sur l’importance de valoriser ce savoir-faire : « ces femmes ont un savoir-faire de qualité, et tout savoir-faire vaut quelque chose ! ».

De l’importance d’être accompagné‧e et de croire en soi 
Riche de son expérience en tant que porteuse de projet, elle passe maintenant de l’autre côté de la scène et devient jury du Hackathon de Led By Her. Si elle a accepté ce rôle, c’est qu’elle partage les valeurs de Led By Her, l’accompagnement des femmes vers le leadership et l’entrepreneuriat étant une de ses motivations. Aux entrepreneuses, elle conseille de « s’accrocher, de croire en soi et croire en ses rêves ». Pour y arriver, beaucoup de travail est nécessaire, mais il faut aussi être bien entouré‧e. Dans le cas de Sabrina, ce sont les femmes de sa famille qui l’ont inspiré. « J’ai toujours eu des personnes qui m’ont montré le chemin […]. J’ai toujours été entourée de femmes fortes. » Et c’est pour cela qu’elle a créé Fab’Art, un tremplin pour les entrepreneurs et entrepreneuses, mais aussi pour elle. Cet espace a pour vocation de s’inscrire dans la durée, et de continuer à se développer même lorsque Sabrina quittera le bureau pour de nouveaux projets, car des projets, elle en a encore beaucoup.

Propos recueillis par Ana-Clara Valla.

Un Hackathon solidaire porté par l’intelligence collective de toutes et tous

Un Hackathon solidaire porté par l’intelligence collective de toutes et tous

Oly Balza-Rakotomalala Christophe Korda, Romane Billaud Delvert et Kiminta Vernier font partie de celles et ceux qui rendent possible l’organisation du Hackathon Led By Her, le 17 et 18 avril prochains. Pendant deux journées intenses, les participant‧e‧s vont s’organiser en équipe autour des femmes faisant partie du programme Led By Her pour faire avancer de manière significative leur projet d’entrepreneuriat.

Rencontre avec la team Hackathon
Pour ce Hackathon 2019, c’est Oly qui est en charge de l’organisation. Elle a participé au deux Hackathon Led By Her et, chaque fois, elle a été impressionnée par la transformation des porteuses de projet ainsi que par la richesse de cette aventure. L’animation de ces deux journées est assurée par Christophe, consultant, et pour qui participer à ce Hackathon : « c’est faire une bonne action tout en prenant du plaisir, parce que je pense que c’est une belle expérience pour celles qui participent mais également pour celles et ceux qui l’organisent ». Kiminta et Romane appuient Oly dans l’organisation du Hackathon, de la soirée de lancement, et des ateliers de préparation dans le cadre de leur service civique au sein de Led By Her. Pour elles, c’est une expérience riche en matière d’engagement associatif et de compétences développées.

Une édition 2019 pleine de surprises
Pour cette nouvelle édition du Hackathon, cette équipe a mis en place plusieurs nouveautés. Premièrement, les porteuses de projet ont bénéficié d’ateliers « pré-Hackathon » sur la gestion du stress, la prise de parole en public, la gestion d’équipe, etc. Le Hackathon Led By Her pouvant être un événement stressant pour les femmes participantes, cette préparation en amont leur permet de profiter au mieux de ces deux journées de travail. Une autre nouveauté est la présence de Coachs « agiles » et Scrum Masters de Renault Digital qui auront un rôle de facilitateur dans les équipes autour des porteuses de projet. Le Hackathon 2019 est aussi placé sous le signe des femmes qui nous inspirent, pour « les mettre en avant et qu’elles restent dans les mémoires de chacun pendant ce Hackathon » explique Kiminta. Florence Servan-Schreiber sera la « marraine kiffante » de cette édition. Enfin, pour faire danser porteuses de projet et participant‧e‧s, Bolewa Sabourin sera présent, avec son association Re-Création qui promeut la danse comme un outil de reconstruction pour les femmes victimes de violences sexuelles.

L’importance du lien collectif
Le Hackathon est donc un moment qui met en avant l’intelligence collective. Selon Romane : « c’est un beau moment de partage et de construction ». Et pour participer à ce Hackathon il n’y a pas de prérequis, si ce n’est d’être motivé‧e et d’avoir envie de s’engager pour aider ces projets. « Je ne pense pas qu’on ait besoin d’une catégorie de personne, au contraire c’est la diversité des profils qui va faire la richesse des résultats » explique Christophe. C’est « gagnant-gagnant » puisque généralement les porteuses de projet sont ravies des résultats obtenus, et les particpant‧e‧s sont impressioné‧e‧s par ce qu’ils et elles ont pu apprendre et apporter au groupe. Ainsi pour Oly : « dans un Hackathon, on reçoit à la mesure que l’on donne ». Les personnes qui s’engagent dans cette aventure pleinement, vivent donc un moment très riche et font l’expérience d’un lien collectif fort. Pour Oly, Chrsitophe, Romane et Kiminta, l’organisation du Hackathon est, en soi, une expérience entrepreneuriale qui promet beaucoup de belles surprises, d’avancées, et d’émotions.

Par Ana-Clara Valla

La science du bonheur : un levier puissant pour entreprendre [sa vie].

La science du bonheur : un levier puissant pour entreprendre [sa vie].

Florence Servan-Schreiber est experte en psychologie positive, autrice notamment de 3 kifs par jour et Power Patate, et présidente du groupe Essentia ainsi que de l’Institut français d’EMDR. Elle sera cette année la marraine du Hackathon de Led By Her, les 17 et 18 avril prochains. Entretien avec Florence, « professeure de bonheur ».

Une « science du bonheur »
La psychologie positive s’approprie lorsque la vie va à peu près pour accéder plus facilement à cette partie de nous qui a envie de se relever lors des moments difficiles. La rencontre de Florence avec cette « science du bonheur » s’est justement faite après une complication : c’est lorsque son « emploi l’a quitté », alors qu’elle travaillait pour un grand groupe, qu’elle a décidé de se former à cette discipline. « La psychologie positive c’est de l’information, et pas de la thérapie » nous explique-t-elle, c’est un ensemble de connaissances que nous sommes libres d’appliquer à notre vie, une fois que nous en avons pris connaissance. Et c’est à partir de l’expérience qu’elle en a fait, qu’est né son ouvrage 3 kifs par jour. À travers ses livres, chroniques, émissions télévisées et une pièce de théâtre, Florence Servan-Schreiber a à cœur de diffuser les messages portés par la psychologie positive, devenant ainsi « professeure de bonheur ».

Pour entreprendre, il faut savoir nommer ses forces
Lorsque Florence a repris l’Institut français d’EMDR, à la mort de son cousin qui l’avait fondé, elle n’était ni préparée, ni formée à devenir cheffe d’entreprise. Alors, la première chose qui lui est venu à l’esprit est la liste de ce qu’elle ne savait pas faire. Ces pensées-là doivent être « mises en sourdine » pour laisser entendre une autre voix, celle qui nous rappelle les qualités sur lesquelles nous pouvons nous appuyer. Florence conseille donc aux personnes qui se lancent dans l’entrepreneuriat de commencer par nommer leurs forces. « Je crois que nous avons toutes une mission, c’est d’honorer la personne que nous sommes, quelle que soit cette personne, et quelles que soient les circonstances autour de nous […] C’est ça qui nous donne de la force, qui nous permet d’être puissantes » nous dit-elle.

« Réveiller ce petit monstre en elles »
Florence a grandi dans une famille où ses deux parents étaient féministes. Et elle salue le fait que les différentes générations de femmes qui se succèdent continuent le combat contre le sexisme « qui existe encore et toujours ». Elle a donc accepté sans hésitation le rôle de marraine pour le Hackathon de Led By Her : « Dans un Hackathon, on va réunir des sensibilités, des expériences, et des intelligences différentes, au service de la reconstruction de la vie d’une femme, je ne vois pas ce qu’on peut avoir de mieux à faire que de se réunir pour cela ! ». Elle encourage les porteuses de projet à se connecter à leur élan, leur énergie, pour pouvoir, malgré le stress, « kiffer » ce moment. Selon elle, l’important est de « réveiller cet espèce de petit monstre extrêmement puissant qui est à l’intérieur d’elles, et qui peut les aider à se tenir droite aussi longtemps qu’elles en ont envie ».

Propos recueillis par Ana-Clara Valla

#eneffHERvescence : participez au prochain Hackathon Led By HER

#eneffHERvescence : participez au prochain Hackathon Led By HER

Le Hackathon est l’événement annuel phare de Led By HER. Chaque année, le Hackathon rassemble 100 à 200 personnes pendant deux journées ou l’intelligence collective permet d’accélérer les projets des femmes participantes du programme. L’ensemble de l’écosystème de l’association – bénévoles, entreprises, écoles, partenaires – se réunit pour soutenir ces femmes et les aide à se dépasser jusqu’à un pitch devant un jury. Tout cela dans un esprit de pure bienveillance, car l’objectif c’est développer la confiance des porteuses de projet, avant tout. Cette année le Hackathon aura lieu les 17 et 18 avril à l’Espace Léonard de la Fondation VINCI dans le 12ème arrondissement de Paris. Nous avons décidé de placer l’évènement sous le signe des « femmes qui nous inspirent » et sous un slogan #eneffHERvescence, tout en restant fidèles à ce qui nous anime : ‘Today we invest in HER so that one day the world can be Led by HER’

La billetterie est désormais ouverte : Come un join us! Le nombre de places est limité, n’hésitez pas à réserver la vôtre!

Pour vous inscrire : https://www.weezevent.com/inscriptions-hackathon-led-by-her-2019

WHAT THE FEMMES ! LE MUSICAL QUI CÉLÈBRE L’EMPOWERMENT DES FEMMES

WHAT THE FEMMES ! LE MUSICAL QUI CÉLÈBRE L’EMPOWERMENT DES FEMMES

Le 7 mars 2019, veille de la Journée Internationale des Droits des Femmes, la compagnie d’arts vivants SLASH / ART présentera un Showcase de sa comédie musicale « What The Femmes ! », qui retrace le parcours de six femmes d’exception durant les années trente, au théâtre de la Contrescarpe. Tous les fonds récoltés seront reversés à l’association Led By Her.

Des femmes entreprenantes mises à l’honneur

Le titre de cette comédie musicale, « What The Femmes ! », en dit déjà long sur ce spectacle qui « réveille les esprits », nous confie Alessandra Cocito fondatrice de la compagnie et directrice du projet. L’idée de mettre en lumière le parcours de femmes inspirantes est venue de l’ouvrage Ni vues, ni connues, du collectif Georgette Sand qui dresse le portrait de femmes qui ont marqué l’histoire. « What The Femmes ! » met en scène des figures des années trente, une entrepreneuse de son temps, Jeanne Toussaint « la Panthère » de chez Cartier, l’extravagante mécène Luisa Casati, ou encore Coco Chanel, modiste et grande couturière qui s’est investie dans l’artisanat de luxe. Il s’agit également d’artistes comme Dora Maar, peintre et photographe, Lee Miller, reporter de guerre, ou encore Joséphine Baker, fameuse pour ses spectacles mais dont l’engagement dans la résistance reste méconnu. Ce spectacle sera rythmé par des chansons de femmes interprètes, de Lady Gaga à Édith Piaf, en passant par Adèle et Aretha Franklin.« 

La compagnie d’arts vivants des « Slashers », personnes aux multiples vies

Le choix de la comédie musicale s’inscrit dans les valeurs de la compagnie SLASH / ART qui prône le mélange des arts vivants. Les membres de cette compagnie sont des « Slashers », néologisme anglophone qui désigne des personnes qui choisissent de s’épanouir dans des activités multiples et complémentaires. Dans la compagnie on compte des juristes, des médecins, des ingénieur‧e‧s, des enseignant‧e‧s, des étudiant‧e‧s … qui sont aussi musicien‧ne‧s, chanteurs‧euses, chorégraphes, danseurs‧euses et acteurs‧rices. Alessandra Cocito en est un exemple parfait : « Je suis entrepreneure, j’ai fondé ma société en 2014, une agence spécialisée dans la communication sur les réseaux sociaux, et à côté de ça j’enseigne l’entrepreneuriat à Science Po Paris et à l’ESSEC ». Elle est également la fondatrice de la compagnie SLASH / ART au sein de laquelle elle fait du chant et de la danse, ses disciplines de prédilection, mais aussi du théâtre.

Encourager « à s’appuyer sur ce qui a déjà été conquis pour aller plus loin »  

Les artistes travaillent ainsi de manière bénévole, ce qui leur permet de reverser les bénéfices des spectacles à des associations. Et c’est tout naturellement qu’Alessandra Cocito a choisi de s’associer à Led By Her pour cette comédie musicale, car le message de « What The Femmes ! » correspond parfaitement aux valeurs de l’association : promouvoir l’empowerment des femmes. Cela implique également le fait de favoriser une attitude entrepreneuriale pour « savoir saisir des opportunités, apprendre à apprendre, gérer plusieurs choses à la fois, résoudre des problèmes ». Car, selon Alessandra Cocito, « tout bon artiste est également un bon entrepreneur ». Ce spectacle met donc en valeur des femmes qui ont réussi dans les années trente – bien qu’il était encore plus difficile pour elles de percer à cette époque – pour « donner envie à d’autres femmes d’être plus libres, plus entreprenantes », et les encourager à « s’appuyer sur ce qui a déjà été conquis pour aller plus loin ».

Showcase : le 7 mars 2019 au Théâtre de la Contrescarpe (Paris 5ème).
Tarif plein : 15,00€, Tarif réduit (abonnés, au moins 2 personnes, étudiants, demandeurs d’emploi) : 12,00€. Tarif jeune -26 ans : 11,00€. Réservations ici.

Représentation intégrale : le 20 avril 2019 à la Nouvelle Athènes (Paris 9ème).

Le 7 mai 2019 à la Mairie du 19ème pour la soirée d’inauguration du mois des mémoires (réservations à venir).

Propos recueillis par Ana-Clara Valla

Simple Share Buttons
Simple Share Buttons